Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 18:23




Vous savez ce qui est rigolo? C'est que le 11 mai , soit au jour où ils ont annoncé que la conférence serait sur les coulisses de la série, mais une dizaine de jours avant que l'on connaisse les invités, j'ai envoyé ce message à Lolotte. So long for Moffat, mais pour le reste, ça aurait été des numéros de loto j'aurai gagné un prix.


(je sais, c'est affolant le nombre de peut-être que je peux mettre dans 3 lignes. Mais tout était très hypothétiquement hypothétique à ce moment là xD)


2 mois plus tard, nous sommes déjà dimanche et dès le réveil nous entamons notre tournée d'adieu: dernier petit déjeuner à l'hôtel, dernière patauge dans la gadoue, dernière partie de cartes dans la file d'attente... dernière cavalcade à travers la Japan Expo pour regagner le côté Comic Con (j'y ai croisé Over, on a partagé un sprint/Slalom/Papotage à travers les stands plutôt rigolo). Et au milieu de tout ça, une première: notre première fois au pied de la scène Comic-Con version 2012 - qui certes a doublé de volume depuis 2011 mais qui continue à sembler ridicule après 3 jours de bonheur près de la scène principale (et au niveau son aussi, vu que c'est pas isolé, ben c'est chiant. On avait oublié comme c'était chiant du coup).

Tout ça pour le Docteur. Et Batman.

On a passé 4 jours à se dire qu'autant le jeu proposé l'an dernier avant la Masterclass, c'était parfait, autant là c'était quand même pas top moumoute comme arrangement - surtout pour Batman. Certes, je ne suis pas organisatrice, et peut-être bien que sur 40h de convention y a pas eu moyen ne serait-ce que de switcher les deux; mais bon, c'était assez couru que la salle se remplirait très tôt de Whovian (brandissons fièrement ce mot, il vient officiellement d'entrer dans l'Oxford Dictionnary) et j'avais très peur de revivre la désastreuse conférence sur les schtroumpfs de l'an dernier où tout le monde affichait clairement à quel point ils en avaient rien à foutre et que ça discutait bien fort en mode salon de thé sans écouter un mot de ce que ça racontait et sans se préoccuper une minute de ceux que ça intéressait. Parce que voilà, il faut l'admettre et je le comprend: quand on vient d'arriver, qu'on est excité par le fait d'être enfin à la CC, d'être enfin dans SA conférence, d'être au milieu d'amis virtuels qui ne deviennent souvent réels qu'un seul jour par an, et ben on n'est pas toujours super respectueux, et c'est pas cool.
Mais là, ça a quand même été "moins pire" que les schtroumpfs. Ça a été un peu le bordel quand même, un peu bruyant et plus ou moins attentif, mais je pense que ça n'a été pénible "que" pour le public venu assister à la conférence Batman et que les invités, eux, n'ont pas trop ressenti les parasites. C'est toujours ça Rolling Eyes .

De notre côté, j'avoue que ça tombait assez bien et qu'on était plutôt contentes de suivre cette conférence vu qu'elle reprenait pas mal de points que l'on avait déjà abordé lors de la conférence super-héros de la veille et complétait fort bien ce qu'on avait amassé sur le sujet au cours des 3 jours précédents, donc on était plutôt satistfaites de cette suite (même si du coup, on n'a pas tout entendu, j'ai déjà dit que le son était un peu pourrite là dedans? What a Face)


Quoi qu'il en soit la chose se passe plus ou moins bien et c'est enfin l'heure tant attendue du Docteur - ou du moins de ses représentants pour l'année. Servis en brochette la productrice Caroline Skinner, le scénariste Chris Chibnall, le réalisateur Toby Haynes et le compositeur Murray Gold (et la moitié de la traductrice dont j'ai oublié le nom mais autant le recaser tout de suite: elle était extra. Elle gardait toute la vie et le spontané de la phrase originale dans ses traductions, ce qu'on voit rarement, et n'étant pas spécialiste de la série elle n'hésitait pas à demander de l'aide pour la traduction des "termes techniques du Whoniverse" à Carazzé et Nigita, ce qui rendait la chose beaucoup plus agréable pour tout le monde.






C'est amusant de voir Caroline Skinner évoluer "en vrai": grâce aux confidentials on avait cette impression de connaître ses prédécesseurs, alors que depuis un an que Caro est là le nombre d'images est limité. Bien sur il y a les interviews etc, mais c'est différent (je ne sais pas si on me comprend, mais moi je me comprend, ça suffira lol! ).
Je suis bien sûre ravie de voir débouler Chris Chibnall et surtout mon T-Shirt Murray Gold sur scène, sans surprise acclamé comme une Rock Star ici puisqu'on sait à quel point il est proche de la communauté de fans francophones (il ne parlera d'ailleurs quasiment qu'en français pendant toute la conférence, cétipa mignon).
Mais c'est surtout Toby Haynes que j'attendais avec impatience (donc il était évident que ce serait auprès de lui que je me ridiculiserais un peu plus tard, après la conférence *boulet*) . Je me suis rendue compte il y a quelques temps que, hum, depuis environ 2 ans je parle de ce type à peu près tout le temps Embarassed donc imaginez ma joie en le voyant se pointer sur la liste des invités. C'est que c'est difficile de ne pas adorer Toby Haynes que comme la plupart j'ai découvert sur la Pandorica où il aligne les idées fabuleuses et originales. J'aime aussi beaucoup le voir diriger ses acteurs, et sentir à quel point il aime ses artistes (et au passage il a aussi un vrai talent pour diriger les enfants, avez-vous remarqué) . Mais c'est surtout cet enthousiasme sans fin et cette joie qui se dégage de lui qui font que quel que soit le projet on a envie de le suivre. Et écouter parler ce grand gamin enfermé dans un corps d'adulte, c'est que du bonheur. (Et tout ça, c'était bien avant qu'il ne tue Sherlock. En fait, pauvre du détective, c'est peut-être la seule fois ou j'ai pas toujours été fan absolue des choix de Toby)



Bref, Toby là, moi contente.



Un autre grand moment, dans la série "epic", aura été l'extrait choisi pour illustrer le travail de Murray Gold. Un extrait des dernières Proms. Vale Decem. Sur écran géant. Avec le son très très très fort (sans rire, ils ont dû se demander ce qui se passait depuis le hall 5). C'est simplement un écran géant, mais ça a une telle force qu'on est à deux doigts de tomber par terre. P****, qu'est-ce que ça doit être en live thud



Pour le reste, ceux qui suivent un minimum l'actualité de la série n'ont rigoureusement rien appris niveau spoilers, et ceux qui suivent un peu plus en détail (et notamment les abonnés aux DWM) n'ont rien appris tout court puisqu'ils ont tous déjà de nombreuses fois expliqué en détail leur processus de travail dans les pages du magazine (d'ailleurs pour le fun, Chris Chibnall à un moment donné à dû réciter quasiment mot pour mot ses PN du mois précédent, et comme je les avais bien fraîches dans la tête pour les avoir tout juste traduites, j'étais à deux doigts de réciter en même temps que lui lol! ).

 

Donc on n'apprend pas grand chose, mais on s'en fout complètement. Parce que ces gens sont venus jusqu'ici pour nous, et que quoi qu'ils fassent ils nous rendent heureux. Parce que quoi qu'ils disent ils sont passionnants et intéressants et amusants et, parfois - mais dans le bon sens du terme - agaçants, et qu'on adore ça. Basiquement, ils pourraient répéter en boucle 19 fois la même chose.... on prendrait notre pied 19 fois!

@Chris Chibnall




Ouais, je remets le t-shirt parce que c'est quand même trolol comme ils disent.
Et du coup, avec mes bêtises de pipiroom, on n'a même pas de photos des deux autres pinguins What a Face

Partager cet article

Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans Le Grand Bazar
commenter cet article

commentaires