Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 09:00

prodnotes

 

Pour ce numéro, Steven nous permet de jeter un oeil sur une scène coupée de la dernière aventure d'Amy et Rory...


 

Nous nous sommes tous assis pour regarder ça - moi, Caro Skinner, Marcus Wilson et Andy Prior, notre brillant directeur de casting - je suis sûr que vous pouviez entendre nos battements de coeurs accélérer.

Parce qu'ils étaient là, juste devant nous, la nouvelle équipe et le nouveau show.

 

Ok, donc les Pond sont morts et enterrés maintenant. En même temps, ils ont vécus heureux pour toujours. C'est le truc avec Doctor Who - vous avez votre gâteau à manger dans tous les cas! Mais grâce au DWM il semble qu'il reste encore une chose à régler. Matt, dans la preview de l'épisode du dernier numéro, s'est plaint que j'avais parlé de ses cheveux gris dans le script. Vu que je suis responsable de la majorité d'entre eux, je m'y suis senti complètement autorisé, et parce qu'on a coupé la scène de la version finale je ne me suis même pas senti coupable. Mais dans le monde totalement découvert des coulisses de Doctor Who, l'histoire ne s'est pas arrêtée là. Oh, non, soudain tout le monde voulait savoir ce qu'était cette scène des cheveux gris.

 

Donc avec toutes mes plus plates excuses au Seigneur du Temps (qui même maintenant vérifie son reflet dans un miroir) la voici dans toute sa gloire.

 

Mais avant tout, un mot d'explication. Nous avons tourné cet épisode avant The Power of Three (dont le scénario était encore entrain de prendre forme) et l'intention était en partie d'établir ce qui se passait dans la vie des Pond et du Docteur au fil des ans. Je n'avais pas réalisé, même alors qu'on filmait, à quel point Chris Chibnall ferait ça mieux que moi. Franchement, ça devenait redondant.

 

Aussi, et plus important encore - je pense que vous serez d'accord - j'étais trop sentimental trop tôt. Comme vous être sur le point de le lire, le Docteur et Amy parlaient comme s'ils savaient qu'il s'agissait de leur dernier épisode. Une aventure qui devait commencer comme n'importe qu'elle autre aventure avant de basculer dans la tragédie vous faisait basculer bien trop tôt. Ce que Russell T. Davies appelle toujours "jouer le résultat".

 

Enfin bref. Nous sommes de retour à Central Park. Le Docteur vient juste de retirer les lunettes du nez d'Amy, se plaignant qu'elles faisaient apparaître ses yeux ridés - et puis il les remet en place, réalisant que ce ne sont pas les lunettes.

Et voici, pour la toute dernière fois, le Docteur, Amy et Rory en pleine conversation...

 

 

THE ANGELS TAKE MANHATTAN

(Scène coupée)

 

RORY: Ok, je vais aller nous chercher d'autres cafés. Qui veut du café, oui, moi aussi, j'y vais!

AMY: Rory, est-ce que mes yeux ont des rides visibles maintenant?

RORY: Non.

AMY: Tu n'as pas regardé.

RORY: Je les ai remarquées plus tôt. Je ne les ai pas remarqué. Je me rappelle spécifiquement ne pas les avoir remarqué. Donc, café? Je parie que oui!

 

Il commence à s'éloigner.

 

AMY: Tu m'aimes toujours malgré mes rides?

RORY: Voyons. "Non", c'est la mort assuré - "Oui", c'est dire que tu as des rides.

AMY: Tu marches au dessus des flammes, Centurion!

RORY: Est-ce que je dois m'approcher?

AMY: (flirtant) Tu peux si tu veux.

RORY: On a de la compagnie.

AMY: J'appellerai la Babysitter.

LE DOCTEUR: ...Oh, c'est tellement humiliant quand vous faites ça.

RORY: Café?

AMY: Café!

 

Il s'éloigne. Un temps de silence entre Amy et le Docteur. Finalement:

 

AMY: J'ai 34 ans.

LE DOCTEUR: Je n'ai pas demandé.

AMY: Non, mais j'entendais la phrase tourner dans votre tête. Quel âge vous avez en ce moment?

LE DOCTEUR: Aucune idée.

AMY: Oh, arrêtez.

LE DOCTEUR: Je ne sais pas. Je vis dans une machine à voyager dans le temps, je ne vieillis pas - il n'y a rien pour tenir le compte.

AMY: Excusez-moi, monsieur, vous avez sept cheveux blancs.

LE DOCTEUR: Tu as compté?

AMY: C'est un passe-temps.

LE DOCTEUR: J'essaye de suivre - instinct de Seigneur du Temps. C'est juste par politesse! Je peux essayer?


Il prend les lunettes d'Amy et les pose sur son nez.


LE DOCTEUR: En fait, c'est bien mieux. Je n'ai jamais su que j'avais besoin de lunettes, c'est excitant!

 

Plan sur Amy qui le fixe quelques instants - amusée mais troublée. Est-ce qu'il vieilli juste par sympathie?

 

AMY: Pendant combien de temps vous allez faire ça? Atterrir chez nous, nous emmener en voyage?

 

Le Docteur la regarde - juste un peu vulnérable, manquant un peu d'assurance.

 

LE DOCTEUR: ça te dérange?

AMY: J'adore ça, c'est juste... à chaque fois que vous vous envolez au loin, je me dis cette fois sûrement il va se lasser de nous. (Elle hésite, un rare moment de vulnérabilité). Mais j'espère un peu que non.

 

Pendant cette réplique, le Docteur écoutait tout en regardant distraitement quelque chose. Une famille se promenant dans le parc, un petit garçon en arrière. Il tient la ficelle d'un ballon bleu - et à ce moment précis la ficelle glisse de sa main et son ballon commence à s'envoler. Le Docteur le regarde s'élever encore et encore, plissant les yeux face à la lumière d'un ciel clair.

 

LE DOCTEUR: S'envoler au loin c'est bien. Mais il faut s'envoler de quelque part, sinon on finit juste perdu.

 

Il sort son tournevis, zappe le ballon à la dérive. Celui-ci redescend comme une pierre et rebondit aux pieds du petit garçon.

 

LE DOCTEUR: Perdu dans le ciel, imagine ça.

 

Le petit garçon a ramassé le ballon, il serre à nouveau la ficelle. Le ballon se renvole et flotte à nouveau. Le petit garçon regarde le Docteur - qui lui envoie un salut chaleureux et remet le tournevis dans sa poche. Amy a regardé la dernière partie de cet échange avec intérêt, se demandant ce qu'il avait fait.

 

AMY: Faites-moi la lecture!

 

LE DOCTEUR: Je croyais que tu n'aimais pas que je lise à voix haute.

 

AMY: Taisez-vous et lisez-moi une histoire. Juste, évitez les "Yowzah!"

 

LE DOCTEUR: C'est toi le chef....

 

AMY: Je suis le chef.

 

Il ouvre à nouveau son livre. Et maintenant, avec désinvolture, il arrache une page du livre et la pose dans le panier.

 

AMY: Pourquoi vous avez fait ça?

 

LE DOCTEUR: Je déchire toujours la dernière page d'un livre. Comme ça il n'a pas à finir. Je n'aime pas les fins.

 

AMY: Ouais. Moi non plus.

 

Elle sourit. Et nous restons avec eux un moment, tranquilles dans le parc, assis dos à dos, alors que le Docteur lit...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lolotte 27/10/2012 00:05


Oh. C'est touchant, le passage du ballon.


Merci pour cette traduction ! :)