Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 19:18

   A la demande de Benjamin, Russell propose sa review de son tout premier épisode, Rose. Là où tout a commencé...

 

 

       "C'est probablement le dernier e-mail que je t'enverrai de Cardiff, donc tu seras ravi d'apprendre que je viens juste de regarder Rose. Le dernier programme tv que j'aurai vu dans cet appartement avant de partir pour L.A. aura été Doctor Who, saison 1, épisode 1. Là où tout a commencé. Tellement approprié.
     Et j'ai adoré.


     Tu en veux plus? Parfois, je pense que chaque fan dans le monde veut que je dise " en fait, on s'est complètement plantés, désolé." Ils attendront un long moment. Un très, très long moment. Bien sûr, ces épisodes vont vieillir, même si c'est un joli processus, et il y a toujours des choses que je referais différemment, parce qu'on trouve toujours des moyens de faire les choses autrement. Mais ça, franchement, c'était un plaisir - s'assoir devant un épisode de première classe de si haut niveau, un gros succès, le drama primetime de l'année 2005. Magnifique. En tout cas, je suis halluciné du niveau d'inquiétude qu'on avait à l'époque, à quel point on craignait que le show finisse par mourir pour de bon. Regarde ça! Comment ne pas regarder Doctor Who quand c'est aussi bon!
     J'espère que tu n'attendais pas de la modestie. C'est bien trop important.


     Ok, quelques petits couacs se sont faufilés, quoi qu'ils m'aient déjà ennuyé à l'époque. L'intrigue aurait pu être un peu plus centrée, bien sûr, mais on manquait d'effectifs. La chambre de Rose est affreusement rose, mais on a réparé ça dans les épisodes suivants. J'aurai aimé que l'on coupe cette danse improvisée de Mickey dans Trafalgar Square au début, et je suis stupéfait de voir qu'ayant déjà été récitent à l'Edit à l'époque, je n'ai pas exigé que la scène soit coupée. En plus de ça, on est dans Trafalgar Square, et on ne voit même pas la colonne Nelson! (enfin, à part dans une vue d'ensemble, où on ne voit ni Mickey ni Rose). C'est fou non? J'étais sur le tournage ce jour là. Aujourd'hui, j'irai simplement vers les caméras et les tournerai dans le bon sens. Oh, je suis devenu un monstre. Je trouve à redire aux moindre petits détails - le garde de Henrik's tend les tickets de loterie à Rose dans un sachet transparent. Je ne pense pas que qui que ce soit fasse ça. Je suis sûr que le script disait "enveloppe". Ça n'est simplement pas le genre de sac dans lequel on collecterait l'argent de la loterie. Après ça, on a appris à discuter du moindre détail aux tone meetings.
     Et là, regarde, Chris fait vrombir le sonique sur un cadenas - et on voit une onde! On n'a jamais refait ça dans les épisodes suivants, parce que ça aurait mangé le budget FX. Ca n'est pas vraiment un couac cela dit. C'est plutôt joli. J'aime bien ça.


     Le plus bizarre en regardant ça maintenant c'est de se rappeler de tout ce à quoi je me suis raccroché à l'époque, parce qu'écrire ce genre de choses était encore nouveau pour moi. Par exemple, je me souviens m'être inquiété des mois durant - des mois ! - à propos de la table basse de Jackie. Oui, la table basse de Jackie. Parce que la table basse de Jackie est réduite en miettes lorsque le Docteur et Rose se débattent avec un bras d'Auton dans son salon, et ensuite - c'est là que ça blesse - ça n'est plus jamais mentionné! Honnêtement, ça ne t'a jamais dérangé n'est-ce pas? Mais ça a été des mois d'angoisse pour moi. Ça me contrariait vraiment. Je n'arrêtais pas d'y revenir - parce que dans 99% des dramas, ça aurait eu des répercussions. Pas énormes, d'accord, mais ça aurait au moins été mentionné. Si une femme comme Jackie sortait de sa chambre pour trouver sa table basse en morceaux, elle n'arrêterait sûrement jamais de nous le rabâcher. Je m'inquiétais et m'inquiétais. J'ai envisagé toutes sortes de solutions (lorsque Jackie fait son shopping, la nuit, devrait-elle mentionner qu'elle cherche une nouvelle table basse? non, vraiment?), avant d'apprendre à simplement lasser courir. C'est là que j'ai réalisé que dans un univers fantastique/action-aventure, certaines choses passent au dessus et ont tout intérêt à être oubliées, parce que l'action, les personnages, les spectateurs et l'auteur ne veulent pas s'arrêter, où devenir obsédés par ces détails. Bouge! Laisse les débris derrière! Et je n'ai jamais arrêté de faire ça.


     Par dessus tout, ce qui m'a frappé devant Rose, c'est que ça montre exactement ce que je voulais montrer - et la série est, pendant ses 45 premières minutes, excactement ce qu'elle est encore aujourd'hui. Elle n'a jamais fondamentalement changé. Il n'y a pas eu de changement d'orientation depuis 2005, pas de timidité, pas de retour en arrière. Il y a eu du développement et de l'exploration, mais pas de vagabondage. Je suis fier de ça. C'est difficile de maintenir un show tel qu'il est sans céder aux pressions extérieures, ou simplement au temps qui passe, déformant les choses. J'ai toujours admiré le premier épisode de Coronation Street, parce qu'il installe ce qu'est la série dans une précision absolue. Tu peux toujours voir exactement la même chose qui fonctionne encore 49 ans plus tard. Rose est pareil. C'est un modèle puissant, qui fonctionne encore aujourd'hui. Regarde simplement, par exemple, à quel point les intrigues sont visibles à tous dans ce monde fictionnel, dès le départ. Quand le Docteur fait exploser Henrik's, l'explosion est diffusée dans le journal télé - et commentée par Jackie, alors que ça propre fille était en fait un témoin. C'est instantanément, significativement, une nouvelle forme de Doctor Who, parce que ça dit: c'est public maintenant. Plus d'invasions secretes des gouvernements locaux. Le monde entier est en danger, et tout le monde va le savoir. Ca a persisté, c'est devenu l'échine de la série entière. Quatre ans avant que l'espèce humaine traverse l'univers dans The Stolen Earth, c'est déjà là, en miniature. Le programme annonce ce qui reste à venir. Tu pourrais penser que ça apparait pour la première fois avec la destruction de Big Ben dans Aliens of London, mais en fait l'essence même de tout ça est déjà là, ici, maintenant, aux alentours de la 6e minute de Rose.


      La sexualité est là, aussi. Immédiatement, l'inclusion simple et naturelle de la sexualité. Rose embrasse Mickey. Jackie flirte avec le Docteur. L'histoire finit avec Rose qui choisit un nouvel homme. En plus de ça, le mot "gay" apparait pour la première fois dans Doctor Who. Oh, et regarde un peu Mickey dire à Rose "ne lis pas mes e-mails!" (certaines personnes trouvent que Rose traite Mickey vraiment mal, comme si c'était elle la plus égoïste des deux, mais vous avez vu cette réplique? Que pensez-vous donc que ça peut vouloir dire? Sérieusement? Ce type méritait de perdre sa petite amie, dès le début!). Toute l'histoire existe dans un monde où le sexe existe, ce qui n'est pas toujours le cas dans la science fiction. Le sexe et l'égoïsme. C'est réel, vivant, cet égoïsme qui colore ces personnages, et c'est tout à fait moi. J'adore écrire ça chez mes personnages. Trop de personnages tv sont juste "sympas". Rendez-les égoïstes - naturellement égoïstes, comme on l'est tous - et ils chantent. Ca m'a sauté aux yeux, en revoyant Rose. Bien avant ses mails mystérieux, Mickey abandonne Rose pour son match de foot au pub. Le lendemain matin, Jackie balance cette phrase fatale "T'as aucune raison de te lever." On poursuit sur cette lancée jusqu'à Donna, qui est retournée à sa petite vie remplie de pringles et de magazines féminins, où à Sylvia qui a toujours dit que Donna était mauvaise à l'école - ou Martha Jones, la seule a avoir toujours été sincèrement altruiste... et qui en souffre! Tout ça se construit dès ce premier script. Un monde étouffant, qui a besoin d'un Docteur pour le secourir.


     Et la comédie est là. Ca m'a pris quatre ans pour prendre suffisamment de confiance pour faire un épisode entièrement comique, avec The Unicorn and the Wasp, mais ça pointe déjà dans Rose, et c'est plutôt courageux, je crois.  Comme je l'ai déjà dit, la tragédie est facile, mais ça demande bien plus de culot pour être drôle. J'ai ri aux éclat sur la réplique "Ariana" de Jackie. Ingénieuse, cette réplique. Ca n'est pas du tout ce qu'on attend, parce que c'est une vieille blague, qui aurait dû normalement se dérouler ainsi:

          Jackie
Ariana a obtenu 2000£ du conseil, juste parce que le vieil homme au comptoir lui a dit qu'elle avait l'air grecque.

           Rose
Mais elle est grecque.

          Jackie
Je sais, mais c'est pas le sujet.


Sauf que la réplique de Rose a été coupée, laissant Jackie en arriver seule à la conclusion "je sais qu'elle est grecque, mais c'est pas le sujet" - donc le gag arrive plus tôt que à quoi on s'attendait. Et c'est bien! Et ça rend Jackie encore plus folle aussi, parce qu'elle est quasiment entrain de parler toute seule - un super résumé du personnage pour elle par la même occasion. Mmm, pas mauvais. Sympa.


     Immédiatement, le Docteur est le Docteur. Dès le début. On a la Guerre du temps, dès à présent. ('je n'ai pu sauver aucun d'entre eux!' hurle-t-il, et ça prend jusqu'au 4.18 pour comprendre pourquoi.) Il a déjà tout ce côté mythique autour de lui. Les idiots pensent que je suis entrain de transformer le Docteur en Dieu, alors que je dit clairement que Dieu n'existe pas, que nous mythologisons  des gens réels, des évènements, des aspirations, nous en faisons des Divinités, et en payons le prix. Tout ça encercle le Docteur dès qu'il s'arrête, pour son discours sur le mouvement de la Terre.
img036.jpg
Je crois qu'ici l'intérêt de l'épisode s'accroit. Il y a un vrai entrain,  une vitalité. Et une ligne de rive. C'est dur, parfois. C'est un monde difficile. Pourquoi est-ce que ça me surprend? Peut-être qu'avec le recul, j'ai fini par considérer Rose comme un premier épisode prudent - ce qui au fil du temps s'est transformé en "un premier épisode facile", comme si j'avais peut-être choisi quelques options de facilité. Quelle idée! Regarde ça! Mickey se fait arracher la tête! En fait, j'avais oublié ça. Sa. Tête. Arrachée. Wow! Clif se fait descendre devant sa femme et ses enfants. Bon sang. Et le Docteur enfonce le clou - on n'est que des singes, et la mort de Mickey ne lui effleure même pas l'esprit. Et Rose qui plante Mickey à la fin - avec un sourire! - ça devient l'engagement ultime pour le monde du Docteur.


     Regarde à quel point la série est définie par Mickey Smith. Je n'avais jamais remarqué ça avant. Rose est sensée être mademoiselle tout le monde, la compagne, l'ancrage grâce auquel on peut mesurer les choses - mais l'épisode entier utilise Mickey de la même manière, tout en en faisant l'opposé. Je ne me souviens pas l'avoir fait volontairement. Mais ça marche.


     Et tu sais le plus stupéfiant? Ce qui m'a vraiment surpris, en regardant Rose à nouveau? Chris et Billie. Oh. Mon. Dieu. Et ils se demandent pourquoi certaines séries ne fonctionnent pas! Seigneur, on a eu de la chance. Enfin, de la chance et de l'intelligence. Ces deux là sont simplement incroyables ensemble. Ils caressent l'écran comme de la soie. Ils brillent, on peut en voir les étincelles. Je pourrais les regarder éternellement. J'ai juste trouvé ça brillant, Ben. C'est la définition du pouvoir des stars, juste là, ces 2 acteurs.


     Donc! Je suis un peu étonné de tout ça, pour être honnête. Je suis stupéfait de constater à quel point tout ce que je voulais mettre dans Doctor Who était déjà si présent et si clair, dès le générique. Je m'attendais à voir quelque chose de plus timide, plus informe, plus embryonnaire. Je ne me rappelais pas que c'était aussi rempli d'assurance, aussi confiant, dès le début. On a tellement pris l'habitude de faire des interviews dans lesquelles on parle des horreurs de la production, de la manière dont on est jeté dedans alors qu'on a encore tellement à apprendre, la rudesse de cet apprentissage, etc, qu'on a oublié: c'était bon. C'était super! En fait: c'est BRILLANT! Et cet épisode l'affirme encore et encore, même encore aujourd'hui, parce que ces 45 minutes sont la base d'une audience qui n'a fait que grandir, depuis 5 ans. C'est important, et rare. Cette série a attiré de plus en plus de gens au fil du temps, et l'audience n'a jamais augmenté parce qu'on changeait: elle augmente parce qu'on reste les mêmes, parce qu'on est fiables, parce qu'on ne lâche jamais. On a ce toupet. Ce genre de succès n'arrive pas souvent. En fait, ça arrive à peu près jamais.


   Mais c'est arrivé à Doctor Who.


   Ha!


   Bien. Voilà. Je pars demain, bye donc. Prend soin de la TV pour moi. Ne laisse personne tout casser pendant que je ne suis pas là."

 

doublefleche2

Chapitre 25: Le Chapitre Final X Days Later...
Accueil  -  Sommaire de la catégorie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sunjin 15/04/2010 08:38


*boule-dans-la-gorge* (en même temps, j'écris, ça tombe bien XD)

Je l'écrivais hier encore en privé (lol mais pas à Benjamin ^^) cette saison 1 toute entière plus le temps passe, plus je la trouve "encore plus" ma préférée... et à chaque revisionnage d'un de ses
épisodes, cela monte encore d'un cran....et rien à aire de la saison 1 à 4, elle est pour la l'ultimate (pas assez de recul pour les spéciaux, enfin les 3 derniers hein ^^, parce TND et PoD... PoD
= le pire ^^)

bref, merci Melyssa *clap*

Rien que ce moment extrait par RTD est mythique et oui ce duo Eccleston/Piper avait quelque chose d'unique et il ya quelque chose de quasi parfait pour moi dans toute la saison et que je n'ai plus
retrouvé à ce niveau (à voir avec cette saison 5 par contre ...)

Bref c'était donc la méga séquence émotions là et lol oui arrêtons de faire passer pour une pauvre victime et Rose pour une méchante nana qui utilises les mecs^^