Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 18:28

 

(Globalement, ce qu'on ressent à la sortie de l'épisode, c'est cet amour irraisonné qu'ont les auteurs pour la presse écrite )

 


Pour l'ambiance, les 2 thèmes cultes de la série. C'est pas comme si ça faisait un an et demi que j'avais le 2e dans la tronche.

 

 

 

 

Admirez un peu mes références, le two sides of a same coin me vient tout droit du grand Dragon de Merlin (qui l'a lui-même piqué ailleurs de toute façon): Si Sherlock et Moriarty sont les deux faces d'une même pièce, alors c'est aujourd'hui que l'on tire à pile ou face. (sinon y a aussi facilement moyen de caser batman et le joker, pourquoi pas. Gandalf et Saroumane. Will Schuester et Sue Sylvester (laissez-moi 5 minutes et je recaserai toutes les séries de la CW dans la foulée))



So, Penny in the air....

 

 

...Et en premier choit un titre. The Reichenbach fall. Fort jolie pirouette, un s disparait et les chutes de Reichenbach devenant la chute de celui que l'on surnomme Reichenbach. Histoire de nous rappeler dès le départ que ces gens ont un vrai don pour utiliser le matériel fourni par l’œuvre originale.


L'année 2011 n'a pas été des plus glorieuses pour Steve Thompson et pourtant je ne m'inquiétais pas plus que ça puisque vu l'importance de l'épisode, j'imaginais bien que la copie serait minutieusement revue par la haute autorité supérieure. Je n'ai par contre pas toujours été très fan de la réalisation, surtout au niveau de certaines transitions franchement surchargées. D'un autre côté, elle est très bien utilisée comme clé pour "le saut final", nous rappelant comme Watson ne regarde définitivement pas assez avec ses yeux et beaucoup trop avec ses émotions.

Et j'ai beaucoup aimé la scène complètement décousue et à la temporalité variée de Moriarty buvant le thé chez Sherlock. Ca souligne tout d'abord la folie de Moriarty, mais ça nous fait aussi perdre nos repères, à nous petits téléspectateurs lambda, accentuant ce léger sentiment d'exclusion que l'on ressentirait en étant coincé entre le génie numéro 1 et le génie numéro 2: on ne doute pas qu'une partie de la conversation nous échappe complètement et qu'on est tellement à la remorque qu'on se rend à peine compte que l'on subit l'équivalent intellectuel du verre de trop qui nous fournit la fatale demi-seconde de temps de réaction supplémentaire.
Et comme souvent, la clé finale de l'épisode est donnée dès cet instant. Les êtres proches d'un homme sont sa plus grande faiblesse, nous dit Moriarty. Avant d'enchaîner avec sa question: as-tu trouvé quel était le dernier problème?


Enfin, l'ensemble dépote méchamment tout de même. C'est presque une mauvaise chose d'avoir Sherlock en janvier. Ça plombe un peu le reste de l'année What a Face .


Je me doutais que l'on aurait ce genre d'introduction. Vu que la pseudo mort de Sherlock à Reichenbach est peut-être le spoiler le plus éventé de toute l'histoire de la fiction, autant pour l'ouverture miser sur l'émotion plutôt que sur le suspens. Et tant qu'à faire, ça permet aussi de remettre tout le monde sur un pied d'égalité, entre ceux qui connaissent Le Dernier Problème et ceux qui sont restés absolument hermétiques à Sherlock Holmes en dehors de la série ( y a bien un quelqu'un dans le monde qui ne savait pas que Reichenbach, en allemand, ça voulait dire " Richard Brooks Holmes il a fait plouf" geek ).


Parlant de ces choses que tout le monde sait, joli chapeau Mr Holmes Very Happy. J'adore quand les séries s'amusent à shooter dans le quatrième mur et Sherlock se prête régulièrement à ce genre de connivences avec le public. Pour cet épisode, je m'inscris au fan club de "it isn't a deersalker hat. It's a Sherlock Holmes hat". Levez la main tous ceux qui connaissaient le vrai nom des "casquettes à la Sherlock Holmes" lol!

Autrement, j'ai posté la semaine dernière en commentaire sur un  forum "j'espère avoir une jolie danse entre les Holmes et Moriarty", et j'aurais dû me douter que le petit Jimmy me prendrait au pied de la lettre et se mettrait à valser devant les joyaux de la couronne Rolling Eyes . Mais quel bonheur de pouvoir se goinfrer de Moriarty cette semaine (heureusement notez parce que ça va être un peu plus compliqué à l'avenir xD). Et après toutes ces séries ou tout le monde se prend au sérieux, ça a quand même quelque chose de jouissif de voir un taré sous une casquette ridicule foutre la ville à sac en cliquant sur l'icone d'un petit cochon lol! .
Et puis on le savait déjà depuis la saison 1, mais Andrew Scott est assez exceptionnel dans le rôle. Il nous propose une "folie subtile" (ça veut rien dire, faites semblant) et passe d'un registre à l'autre avec la facilité d'un gosse en plein jeu de rôles dans la cour de l'école (si si c'est un compliment, y a pas meilleur acteur qu'un gamin qui joue à spiderman contre le Super-Bouffon à la récré). J'ai été particulièrement bluffée par la scène dans l'apart de la journaliste, où on ne voit rien d'autre que son regard changer du tout au tout dès que la blonde tourne la tête et que seul Sherlock peut le voir. Brillant.

Et la 2e perle de cette scène a été Watson, qui démarre au quart de tour dès que l'on touche à son copain et qui apporte indirectement de l'eau au moulin de la journaliste en se mettant aussi vite à brailler - on n'est rarement super sûr de la fiabilité de ce qu'on avance quand on démarre la défense aussi violemment. Parce qu'aussi fort que Watson puisse dire à Sherlock qu'il n'a jamais douté une seule seconde, il doit bien y en avoir eu une, de seconde, au fin fond du dedans de lui, où il a entendu les voix du doute. Je veux bien croire qu'au bout de cette seconde il ait choisi de ne pas les écouter, mais il les a forcément entendues. Même en tant que spectatrice, ayant donc vu toute la partie cachée de l'histoire, j'ai dû avoir une demi-micro-seconde de doute à un moment donné geek (ok, si je suis 100% honnête, c'était même probablement un peu plus que la demi-micro-seconde. Cet épisode arrive à nous coller des instants de doute même en ayant vu Moriarty agir en coulisses)
Mais au bout du compte, Watson reste Watson, plus fidèle qu'un labrador et avec une vraie capacité à suivre son instinct plutôt que le bruit de la foule (en ça il nous bat à peu près tous si on est honnête avec nous-même. Watson est un génie aussi dans son registre).
On soulignera quand même tous les efforts qui ont été fait pour aboutir à enfin voir Sherlock et Watson se promener main dans la main lol! (quand on décide de passer au stade supérieur de la métaphore, les menottes c'est toujours efficace xD).



Mais tout de même, le plus triste dans le fait qu'on n'ait que 3 épisodes, c'est que c'est au moment où on commence à prendre le pli et à se faire à la manière de penser de la série (et donc à deviner des trucs et à se sentir intelligent. Même si on ne devine que les détails périphériques xD) que ça s'arrête.
Entre autres choses, j'avais Molly. Les 2 fois.
La première lorsque Holmes tique en l'entendant dire qu'elle ne sert à rien. Forcément, en disant ça elle se rendait instantanément indispensable pour la suite, et vu qu'elle est quand même un peu légiste et que Holmes, avec son allure de Time Lord un 22 avril 2011, devait déjà cogiter à quelle serait son issue de secours une fois passée l'heure du décès. Je savais donc depuis un moment quel service il allait lui demander en allant la trouver.
La deuxième lorsque Moriarty énumère les potos à Sherlock et zappe allègrement Molly. Les yeux de Sherlock soulignent bien l'importance de l'omission, on ne peut que comprendre qu'elle est effectivement une partie de la faille dans le plan de Moriarty que Sherlock prévoit d'exploiter. (Cela dit, si j'avais envisagé que le corps supplémentaire pour le numéro de voltige et la mise en frigo serait éventuellement celui du dit Moriarty (et je vais considérer que c'est le cas jusqu'à preuve du contraire), je n'avais pas pensé qu'il pourrait être déjà mort au moment de dégringoler What a Face (je sais, c'est cruel, je l'imaginais être balancé vivant. Faut dire qu'il faut s'appeler Moriarty pour aller jusqu'à cet extrême pour gagner une partie qui pour lui n'a pour enjeu que... le fait de gagner la partie) ).
Par contre j'ai eu l'air bête avec le code magique "sésame ouvre-toi". Parce que j'ai compris assez rapidement que le code n'avait pas été planqué dans l'apart mais dans la tête à Sherlock, et que c'était après ça que courraient les tueurs de la rue. Et moi de m'énerver toute seule contre ma télé, mais que t'es nouille Sherlock, m'enfin, c'est évident!!! Et voilà que la ptite fouine me rie au nez en même temps qu'à celui de Sherlock: pauvre truffe, y a pas de code magique!!! ... Oups Embarassed . (Bon d'un autre côté les 2 Holmes se sont fait berner aussi. Pi moi au moins j'y ai pas cru au point de sacrifier mon frère silent )

Mais après tant de courses poursuites, de suspens haletant et de vols plannés, faudrait pas croire que Sherlock n'est pas aussi une série capable de vous faire pleurer. Et m*rde, j'ai été retournée comme un gant par le discours de Watson devant la tombe de Son Ami. Y a-t-il supplique plus déchirante qu'un simple "please don't be dead, just stop it"? Une part de lui le pense sincèrement. Une part de lui sait Sherlock capable d'avoir monté un coup pareil et d'avoir ce choix d'arrêter d'être mort. Mais pour une autre part de lui, tout ça est on ne peut plus vrai. Et ça n'est que douleur. C'est d'autant plus pénible qu'on sait que cette douleur pourrait cesser si seulement, après ces mois passés auprès du maitre, il avait fini par simplement apprendre à observer. Alors il aurait vu celui qui se dressait là, si près de lui que c'en est cruel pour chacun d'eux. Il aurait vu le visage de celui des deux joueurs qui a finalement gagné la partie...

 

 

... and this is where the penny drops.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans BBC Sherlock
commenter cet article

commentaires

Tiadeets 17/01/2012 18:06

Non, non, j'ai commencé par lire l'article puis après je me suis dit, "Tient et si j'allais voir l'épisode que j'ai attendu pendant toute la semaine".
Bien sûr que j'ai vu l'épisode avant banane ! *Big smile*
J'ai le PC de ma mère que je squatte (et qui a une carte graphique en plus, je te dis pas le plaisir des yeux !).
Ah mais j'espère bien ! Et j'espère qu'il ne devra pas faire de formatage !

Melyssa in the Attic 17/01/2012 18:42



ben non mais y a des gens impatients qui lisent les reviews quand ils peuvent pas encore voir l'épisode  (genre moi des fois lol) et comme je savais que t'étais pas sûre de pouvoir le
regarder le soir.... Mais j'aime bien me faire appeler banane PTDR



Lolotte 17/01/2012 10:49

Tout mon monde s'écroule... Va falloir que je revoie cette scène, pour vérifier si ils boivent bien du thé après >

Lolotte 17/01/2012 10:16

I'll be mother ça veut dire qu'on va boire le thé ? Mais ils sont fous ces britons ! En plus mon interprétation est carrément plus drôle ! (nan et puis son ton et la tête des autres quand il dit
ça... ils ont compris comme moi je crois XD)

Melyssa in the Attic 17/01/2012 10:38



Ca me peine d'abîmer ton rêve mais vu que c'est une expression très standard  je pense que tous ceux présents dans la pièce ont compris qu'il servait juste le thé :(. Mais par contre, si ça
peut te rassurer, je pense qui a beaucoup de non britons qui ont compris comme toi )



Lolotte 17/01/2012 10:14

Blog de Watson : http://www.johnwatsonblog.co.uk/
"He was my best friend and I'll always believe in him."
Ou comment en remettre un couche sur mon désespoir d'hier soir...
(pour voir les vidéos dont celle de l'annonce de la mort de SH au JT il faut un proxy)

Melyssa in the Attic 17/01/2012 10:41



oui ils sont chiants avec leurs vidéos zonées sur ce blog, sur le site de la beeb la moitié des vidéos sont même plus zonées et là ils font chier alors que bon, y a pas de perte commerciale quoi


 


Sinon je suis en retard sur le blog, j'ai pas lu les message de baskerville encore (juste les commentaires de Sherlock xD) mais pfeeeuuuu, je sais pas si je vais y retourner s'ils font déprimer
comme ça :(



Lolotte 17/01/2012 09:35

C'est un ninja Sherlock :D

(dans l'épisode d'Irene Adler, Mycrof annonce à son frère quand il sont chez la reine : "I"m gonna be a mother". Cette phrase m'avait fait hurler de rire, il dit ça sur un ton tellement badin,
tranquillement installé dans les canapés de Buckingam ^^)

Melyssa in the Attic 17/01/2012 10:13



AAAhhhhh!! Mais si tu me parles d'un autre épisode en même temps je suis plus moi xD


 


En fait, si on le sait pas on peut pas deviner mais I'll be mother en britonnie c'est une expression qui veut dire qu'on va servir le thé (je sais pas trop comment c'en est venu à vouloir dire ça
lol. Evidemment Sherlock s'empresse aussitôt de détourner la phrase d'ailleurs xD).


 


Je sais pas ce que ça va donner en VF du coup. Ca va forcément être moins drôle (à moins qu'ils traduisent par "je vais être maman", là pour le coup ça sera très drôle, tu en sais quelque chose
)