Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 15:27

chimes.jpg


"Listen to my voice, Charley, focus on my voice, it's the Doctor! Charley, I need you! without you, I'll just be a lonely old man, rambling around the TARDIS with no one to talk to. And you need me. You have seen the universe Charley, and you have made a difference to me. You must remember me. You must remember the Doctor!"

 

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

 

 

  Ah, le voici le voilà, mon gros coup de coeur à moi. Il y a un phénomène qui m'arrive souvent avec les épisodes télé mais qui ne m'étais jamais arrivé avec les audios jusqu'à maintenant; c'est cette envie, une fois arrivé le générique de fin, de rappuyer aussitôt sur "play". Je l'aurais fait volontiers avec The Chimes of Midnight.

 

 

De bout en bout, j'ai adoré cette histoire, que l'on démarre en mode Agatha Christie, plongés au beau milieu d'une partie de Cluedo géante, avant de basculer dans le drame humain, mais avec une bonne grosse dose de Timey-Wimey et une abondance de "Gné" telle qu'on se demande comment tout va pouvoir être résolu en 2h (mais c'est le cas, promis).

S'entremêlent des twists particulièrement brillants et d'autres qui frappent avec une logique de l'absurde absolument implacable (et fort amusante - pensée pour Sherlock quand on en arrive à la conclusion que la seule personne qui a pu commettre le meurtre... c'est la victime elle-même (parce que "She's got shifty eyes")). Toutes les péripéties autour de la Chrysler qui est en fait une Bentley m'auront fait sourire plusieurs fois également.

 

 

L'histoire se centre principalement sur Charley, ce qui fait tout à fait mon bonheur vu que je l'aime de plus en plus. Sur Charley et sur le paradoxe qui l'entoure, ce qui place cette histoire en lien direct avec les évènements de Storm Warning, créant une continuité digne des grands arcs de la série télé que je rencontre pour la première fois dans les audios - ceux produits par la BBC pour la nouvelle série étant totalement indépendants les uns des autres.

Et son histoire est tellement touchante, petite Charley si courageuse et pleine de vie qui commence à comprendre...

 

 

"Please find out who killed me soon. I'm so tired of dying..."

 

Et par ricochet, touchante aussi est l'histoire d'Edith. Presque à la limite de basculer dans le pathétique parfois, mais la brillante lecture étragement atone de Louise Rofle nous permet d'y échapper, et de rester dans ce qu'il faut d'émotion pour s'arrêter à la larme à l'oeil.

 

 

Notons au passage que les fans de la nouvelle série ne seront pas dépaysés: de la phrase clé répétée en boucle pour être d'abord amusante, puis agaçante, avant de finir par être angoissante; aux petites comptines enfantines stressantes au possible; au personnage qui hésite entre l'état de vivant et celui de mort, au temps qui ne cesse de faire des bonds en arrière; à l'histoire qui n'est que prétexte pour creuser dans les personnages..et certaines des "brillantes idioties" que l'on croise dans cet audio drama n'auraient pas du tout détonné sous la plume du showrunner actuel.

 

 

"Christmas wouldn't be Christmas without one of my plum puddings!"

 

*******

 

Seasons-of-Fear-CD-Cover.jpg

"We are old acquaintances - in my past but in your future. I have waited through the generations for this meeting, so I can finally look you in the eye, finally allow myself to feel the satisfaction of your death.  I have killed you, Doctor"

 

Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

 

 

Il y a quelque chose de chouette à écouter cet audio drama avec 6 ans de retard: aujourd'hui on a des mots à mettre sur ce dans quoi le Docteur se noie. On est allés plus loin que la série classique - et que le Docteur lui-même sur ces sujets là. Le temps peut être réécrit. Les points fixes dans le temps. Le temps peut être désécrit. Pourquoi le Docteur a-t-il un tel droit d'aller modifier la time-line qui le lie à Sebastian Grayle alors que Charley doit... quelle morale permet ça, quelles lois, et pourquoi s'y plier? Comme un prélude aux idées qui attendront the Fires of Pompeii et surtout The Waters of Mars pour exister officiellement; mais l'aventure que l'on vit ici s'intègre tellement bien avec ce que l'on apprendra plus tard qu'on se demande presque si en fait, tout ça, c'est pas pour-de-vrai


Il faut dire aussi - j'en profite pour le recaser - que le 8e Docteur est presque plus proche de nos Docteurs nouvelle génération que des anciens. Tellement que je suis obligée de faire un travail sur moi-même toutes les 5 minutes pour me rappeler que non, il n'est pas encore le dernier des Seigneurs du Temps (parce que l'oublier commence à poser problème dans cet audio, et encore plus dans 2 audios de là). Enfin, Eight est principalement un produit des années 2000, il est né y a pas si loin!


Grayle est un formidable Baddie, qui attaque le Docteur là où il est le plus vulnérable: sur ses principes, sur son sens moral; et les ressorts classiques de la quête (que l'on fait à rebours d'ailleurs, ça met un peu de nouveauté dans la chose) sont ici très bien utilisés.


Et moi, j'adore quand on trifouille dans tout ça. Quand le Docteur doute, quand il est en ligne de mire, et quand il se prend tous ses beaux discours dans la tronche. Quand on mêle ce qui doit et ce qu'il ne faut pas, et qu'on pimente l'ensemble d'un soupçon de tragédie grecque.


Et quand en sous texte au milieu de tout ce tumulte, à la fois cause et effet de sa propre tragédie, il y a un être humain: Charley Pollard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Robert Shearman 16/09/2012 05:11


Merci bien! C'est tres gentil!

Melyssa 16/09/2012 20:20



I spotted some of your comments on english blogs but I didn't know you were reading us frenchies as well! It's a delight to see you here!
Anyway, it's me who should say thank you for that little gem of yours. An instant favourite that keeps haunting me 3 weeks after my first listening...
I've heard that the Holy terror is a masterpiece too, and I can't wait to recieve Jubilee, as I loved Dalek so much (yes, totally out of order, me)