Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 20:32

thirdstar.jpg

 

Le dernier et unique film dont j'ai parlé sur ce blog, c'était Einstein & Eddington. C'était plus par un concours de circonstance qu'autre chose, je venais de le regarder au moment où j'ai emménagé dans ce grenier et, ma foi, il me fallait bien causer de quelque chose. J'aurai pu continuer à parler de ces films que je regarde uniquement parce des docteurs, détectives et autres magiciens ont eu la bonne idée de rejoindre le casting, mais je ne l'ai pas fait. Probablement un peu par flemme je pense. Ca prennait bien une nouvelle étoile dans le ciel pour que je m'y remette.

 

 

"So I raise a morphine toast to you all.

And, if you should happen to remember it's the anniversary of my birth;

remember that you were loved by me. And that you made my life a happy one.

And there's no tragedy in that."

 

 

Voici le genre de film que j'évite méticuleusement depuis plusieurs années. Parce que je me connais, parce que je sais que je m'y implique beaucoup trop et qu'ils font des ravages non pas sur la soirée mais à bien plus long terme - j'ai quand même fondu en larmes devant une pauvre corde pendue au dessus d'un ruisseau 3 ANS après avoir vu Terabithia Rolling Eyes .

Et puis pour être honnête, j'ai déjà eu "le droit" de vivre plusieurs fois ce genre de films en direct dans la vraie vie alors je voyais pas trop de raisons de me l'imposer à nouveau derrière un écran.


Mais y a des acteurs comme ça qui vous font faire n'importe quoi.


Alors j'ai regardé Third Star - je vous laisse cliquer sur ce lien pour avoir le résumé en bonne et dûe forme (et non pas bonnet du forme comme je l'ai cru jusqu'à mes 10 ans).

Et comme attendu, j'en suis ressortie la tête à l'envers, les yeux rouges fluos et l'oreiller trempé. Et comme attendu, j'ai eu la double envie à la fois de serrer le film contre mon coeur et de le bercer toute la nuit et de le jeter au fond d'un puits et de l'oublier à jamais.
Sauf que la 2e option est impossible, et que je sais qu'il me reviendra comme un boomerang à allures régulières, que ce soit demain, dans un mois ou dans un an. J'ai une vraie fragilité face à ce genre de situations, et à l'évidence je ne suis plus capable de les encaisser, même en fiction.

Tout ça pour dire que si vous êtes un tant soit peu fragilisé face au sujet traité, ça va être dur. Et ça va faire mal.


Mais p*tain, qu'est-ce que c'est beau.


Déjà à la base, j'aime ce concept: j'ai toujours trouvé qu'on faisait de superbes choses en lâchant une bande de mecs dans la nature, avec rien d'autre comme matos qu'un joli ciel bleu le jour et quelques étoiles la nuit, et en les laissant faire. Parce qu'on a moins l'habitude que la télé ou le cinéma leur donne opportunité de se livrer à cœur ouvert, d'être émouvant avec toute la maladresse un peu bourrue d'un mec. Et c'est ce qui me touche le plus. Cette bande de potes qui affrontent tout, même la vie. Qui s'expriment souvent par les poings, parce qu'on ne leur a pas vraiment appris à s'exprimer autrement. Qui ne maitrisent pas forcément les mots, mais qui savent être là par un regard ou par une main posée sur l'épaule. Qui finissent par trouver le courage de pleurer - parce que c'est du courage, un mec qui pleure, surtout devant ses potes.

Cette bande de potes qui affrontent tout, même la mort.


Et puis il y a James. Le ciment qui les unit. Grâce à James, pendant quelques jours, ils ne font qu'un; un maladroit et pas bien stable, mais un. Sans James, ils ne seront plus que 3 types paumés qui tournent en rond dans la ville. Mais ils sauront qu'ils peuvent être plus que ça, qu'il ont été plus que ça, grâce à James. James auquel je refuse obstinément de m'attacher, parce que je sais. Mais je n'y arrive pas, évidemment. Et c'est drôle, parce que j'ai essayé d'endiguer pendant tout le film, vraiment. Et puis les feux d'artifices éclairent le ciel, et James sourit. Et James rit, et ses yeux pétillent. Et moi j'explose en cris et en larmes dans mon oreiller, et je ne m'arrêterai qu'une bonne demi heure après la fin du générique.

Et je me dis que je n'aurais pas dû me laisser avoir encore une fois. Parce qu'évidemment j'allais l'aimer, parce qu'évidemment cet enfoiré d'anglais au nom imprononçable allait le rendre bouleversant de justesse dans son combat perdu d'avance.

Il ne devrait pas avoir le droit de faire ça. On devrait interdire à ce genre de gars de jouer autre chose qu'un télétubbies.




vid by KatrinDepp. Obviously

Partager cet article

Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans Le Grand Bazar
commenter cet article

commentaires

Sunjin 28/02/2012 22:22

*hug*

............................................
et bravo pour cette review qui est un hommage aussi sublime que touchant et je pense un hommage juste et mérité pour ce film qui s'annonce comme le chef d'oeuvre que tu dépeins!

et ptdr avec le bonnet due forme :))

Melyssa in the Attic 02/03/2012 11:46



Le bonnet du forme, c'était tout à fait logique, je ne connaissais cette expression que via Hook et Mouche, ben il a un bonnet dedans


 


Merci...