Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Acheter

amazonfr.jpg amazonuk.jpg

 

Rechercher

Liens

En français:
Beans on Toast, site et forum francophones de référence
http://www.doctor-who.fr/images/boutons/001.jpg



En anglais:

http://2.bp.blogspot.com/_qN19cENfquw/Sl-y6-VJCbI/AAAAAAAAAXI/-8nuZXje2YE/S1600-R/th_gallifreybaselogo.pnggebannerad1.jpg



Liens divers

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  kronik.png

 

http://www.neuralcluster.net/images/banners/neuralclusterbanner.png  God Save the Queen

 

Game of Thrones

 

 

 

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 18:20

Oh, mais non, pas glop! Jack pour se moquer d'Owen qui fait des déductions débiles le surnomme Sherlock - ça complique méchamment toute possibilité de crossover entre Sherlock et le Whoniverse! (parce que jusqu'à présent, un TARDIS qui déboule dans le salon du 221B Baker Street c'était tout à fait crédible )

 

http://images.wikia.com/tardis/images/d/d6/Slow_Decay.jpg

"Wait for a moment while my stomach catches up with us.

And wait... and wait... and yes! We're back together again. Thanks for holding on."

Owen

 

****

 

 

Enfin!

 

Enfin un quelqu'un qui fait justice aux personnages! Enfin un auteur qui s'applique à l'écrit à soigner ce qui a manqué cruellement à la série sur écran! Enfin quelqu'un qui sait tirer profit du support papier! Avec cette petite chose, Andy Lane offre à l'équipe de Torchwood ce qui m'a toujours affreusement manqué chez eux, et que j'espérais si fort trouver dans les romans: il les rend vrais.

 

Bien sûr pour compenser il propose une (enfin des) intrigues un peu pourries mais pour tout vous dire, j'ai tellement aimé son traitement des personnages que l'histoire en elle-même est devenue assez accessoire. Et puis, disons, c'est pas tant qu'elle est pourrie, c'est juste qu'on en devine un bon tiers rien qu'en lisant le résumé et que tout le reste devient assez clair et évident dès qu'on atteint la 50e page. Et du coup je l'avoue, j'ai pas mal peiné à finir les derniers chapitres: quand on en arrive aux résolutions... on s'ennuie un peu vu qu'on a déjà tout résolu depuis belle lurette.

 

Mais alors, mazette, moi qui aime bien trouver une tite quote pour chaque roman, j'ai paniqué un peu en entamant le livre: toutes les 2 lignes je me disais: je vais quoter celle-là! ah non, celle là!! ah non, celle-là!

C'est que tout le monde a droit à des dialogues plutôt hyper bien foutus et souvent décalés qui collent parfaitement à leur petites personnes alors moi, je savais plus où donner de la tête (etj'ai finalement choisi celle qui soulignait que ce bouquin pouvait donner la gerbe de temps en temps: autant prévenir (mais c'est un peu toujours le cas dans TW d'un autre côté)).

 

Et puis donc, on arrive enfin à se sentir proche d'eux. Gwen, Ianto, Tosh... enfin, on nous donne de quoi les comprendre vraiment, sans se contenter de nous laisser boucher les trous nous-même. Et dans le respect le plus total de ce qu'on a vu/verra dans la série en plus de ça. Ahhhhh... *soupir béat*

Il n'y en a qu'un qui est un peu à côté de ses pompes de temps en temps, c'est Jack. Jack est peut-être un peu raté, mais en même temps, s'il y a bien un bonhomme difficile à cerner, c'est bien lui. Et vu qu'au moins l'auteur fait l'effort d'essayer, bien plus que tous les autres avant lui, je ne lui en tiendrait pas rigueur.

Évidemment je n'ai pas mentionné Ianto non plus: on est quelque part entre les 3 premiers épisodes de la saison 1, alors Ianto.... pendant un petit moment on se demande même si l'auteur ne nous a pas envoyé discrètement dans une dimension parallèle où il n'a jamais rejoint Torchwood mais non, il finit par arriver (de sa cave. Où il s'occupait d'un truc... mais personne ne sait quoi... petit secret Ianto... toussa toussa). Mais malgré son manque de présence notable, j'ai bien aimé la façon dont le voient les autres, ce type bizarre qui apparaît on ne sait jamais d'où et disparaît dans les ombres on ne sait pas comment. Toujours entrain de fouiner discrètement un peu partout. Et comme tout le monde se rend plus ou moins compte, sans même en avoir conscience, que le mec il en connaît à peu près mille fois plus sur Torchwood qu'eux tous réunis (Jack à part, bien sûr) mais que... on s'en fout en fait, Ianto le premier .

 

Owen a droit à un joli moment aussi, qui montre bien comme il n'est pas aussi crade que ce que la série nous a montré jusqu'à présent. Owen, il est comme tout le monde en fait, sauf qu'il a jamais activé le filtre de la bienséance - ou de l'hypocrisie. Tout ce qu'il a dans la tête sort en l'état. Y a pas mieux dans la tête des autres, c'est juste qu'on ponce un peu avant d'en faire étalage.

Mais il sait aussi être aussi touchant que n'importe qui...

 

Quant à Tosh... sans surprise, elle est un peu paumée dans Torchwood la Tosh. Elle est un peu paumée au milieu de l'humanité aussi d'ailleurs. Elle a pas encore trouvé le mode d'emploi des rapports sociaux. Pauvre Tosh. Mais on se sent tous aussi perdus que Tosh de temps en temps, si ça peut la rassurer.

 

Pour finir ,nous avons Gwen. Et Rhys. Gwen a pour le coup droit à un traitement un peu plus en profondeur déjà dans la série, donc le roman ne fait que creuser dans un bon background déjà bien existant. Mais il fait ça très bien, remarquez. Et puisque j'aime Gwen, y compris dans ses défauts (et puis c'est super chiant un personnage parfait ) je trouve ça plutôt agréable de passer un peu de temps avec elle, de partager son intimité de cette façon (oui alors je me rend compte qu'elle peut être interprétée de façon un peu perverse cette phrase, mais faut pas).

 

En conclusion: Melyssa elle est enfin contente de Torchwood


Commander sur Amazon

Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans [Livres] Torchwood (Reviews)
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 11:15

tw.jpg

 

Un avis groupi pour les 4, pas qu'ils soient inter-dépendants les uns des autres mais ils ont été diffusés ensemble et surtout je les ai écouté à la queue leu leu (c'est bien les longs trajets en voiture)

 

Première surprise, c'est court. Environ 45 minutes, soit le temps d'un épisode, moi qui était habituée aux audios de 2h, je me suis sentie frustrée. A savoir qu'en audio, c'est comme à l'écrit: ce qui prend à peine un coup d'oeil à la télé prend des lignes et des lignes de description. Ou des minutes. Qui donc ne sont pas consacrées à l'histoire. Fait que 45 minutes, ça fait un peu court. Mais bon, ça limite les risques d'ennui d'un autre côté.

 

Deuxième remarque - pas une surprise cette fois mais ça reste indispensable de le souligner - ce sont des audio dramas. Avec un vrai casting complet et non pas juste un narrateur. Et ça, c'est plutôt reposant je dois dire, et bien agréable. Chacun a sa voix, chaque personnage est là, et l'ensemble est bien plus dynamique. Et c'est un vrai plaisir de retrouver Jack, Gwen, Ianto... pour de vrai.

Et puis c'est rigolo, puisqu'on n'a pas de narrateur on hérite toujours d'un personnage qui dit les trucs idiots indispensables à l'audio du genre "j'ouvre la porte battante" ou "j'insère la clé dans le contact" (incidemment, c'est Martha qui joue ce rôle dans la première histoire).

 

Les 4 histoires sont assez inégales cela-dit, on a du bon et du moins bon, et j'admets avoir été moyennement emballée par la première, Lost Souls (je le dis sans joie parce qu'elle est de mon petit chouchou, Joseph Lidster). Une histoire de scientifiques d'UNIT qui disparaissent - vu ma passion pour UNIT, ça partait mal. Et puis moi, les machins de sciences et de physique, ça me gonfle assez vite. Au final, je pense donc que c'est plus affaire de goût qu'autre chose: l'audio n'est pas mauvais en soit, mais il ne m'intéresse pas, moi.

Y a des trucs que j'ai quand même trouvé chouettes aussi cela-dit. Beaucoup de références à Tosh et Owen, qui manquent à tout le monde, et pas mal de répliques et de situations amusantes à la Lidster (Ianto et Gwen en ambassadeurs de chez Ferrero Rocher, c'est culte xD)

 

La 2e, Asylum, est pour le moins classique. Un épisode des plus standards de Torchwood. Pas un demi grame d'originalité mais au moins, on ne manque pas de repères. Pour être honnête, j'ai eu parfois envie de coller quelques baffes à Jack dans cet épisode, comme ça m'est arrivé dans la saison 1: Jack, il aime bien les aliens qu'il veut bien aimer; les autres rien à foutre.

 

La 3e, Golden Age, est probablement celle que j'ai préféré. En grande partie parce qu'on en apprend pas mal sur Torchwood, et pas sur le TW Cardiff mais sur l'organisation en général. On se retrouve en Inde dans les décombres de la branche TW locale fermée depuis perpette suite à une intervention musclée de Jack. Dans la foulée on en apprend un peu sur quelques épisodes du passé de Jack et on parle de bananes "Yes, We Have No Bananas", ce qui en fait forcément un bon opus xD.

 

Quant à la 4e, The Dead Line, il est possible qu'elle devienne "celle que j'ai préféré" à la place de Golden Age quand j'aurai réussi à écouter la fin (j'ai des petits soucis de chargeur donc c'est pas pour tout de suite). Parce que les 15 premières minutes sont franchement prometteuses. Dans le genre spooky, le téléphone tueur ça marche toujours bien.

 

Commander sur Amazon

Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans [Livres] Torchwood (Reviews)
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 10:19

 http://ecx.images-amazon.com/images/I/51cArTadL4L._SL500_AA300_.jpg"It's the end of the day, and we're all still alive, and Cardiff isn't a smoking hole in the ground

populated by shuffling zombies, so, you know, yaaay us."

Gwen Cooper

 

Bon sang, ça aura été long avant d'en voir la fin de celui-là!! J'étais tellement motivée que j'ai dû m'auto-imposer une carotte pour aller au bout (la carotte portant le nom de Benedict Cumberbatch: interdit de regarder Sherlock tant que j'ai pas fini la chose. C'était une délicieuse carotte d'ailleurs *amoureuse de ce très Doctoresque Sherlock*. Et le fait que je parte déjà complètement sur autre chose après à peine une ligne et demi de review montre clairement mon amour, que dis-je, ma passion dévorante pour ce bouquin.)

 

Il faut dire que ce livre - à la couverture fort sympathique tout de même - tape pile poil dans mon point faible à moi: j'ai énormément de mal à rentrer dans une histoire, et une fois que j'y suis, après avoir posé le bouquin, j'ai quand même toujours un peu de mal à y retourner(c'est à dire que je peux lire 4 ou 5 fois la même page avant de commencer à être un tout petit peu concentrée sur ce que je lis). Et voilà pas qu'on nous sort un livre qui empile 834 histoires les unes sur les autres, qui s'enchainent à la queue leuleu sans n'avoir jamais aucun rapport avec la précédente... et moi à chaque fois de décrocher complètement, bien évidemment. Mais on se dit en lisant que bon, c'est pénible, mais ça doit être justifié, ces histoires vont bien finir pas se découvrir un lien de parenté.. ben non même pas!!! on en a bien 2 ou 3 qui se relient mais on en a aussi un joli tas qui est là... ben juste pour être là. On sait pas trop bien pourquoi. On peut bien leur trouver un rapport avec "la grosse histoire" mais tellement infime qu'on se demande si ça valait  la peine de nous pomper l'air 8 chapitres avec une course-poursuite bidon juste pour nous montrer que le gars, il peut porter des trucs très lourds. Mouais.

Donc pour les gens qui fonctionnent à l'envers par rapport à moi, et qui ont du mal à suivre sur la durée, ce livre, ça peut être un super bon plan j'imagine. De mon côté j'ai trouvé ça très pénible.

 

Et c'est bête tout ça, parce que l'histoire de fond, y a moyen d'en faire vraiment quelque chose de bien. Et même quelque chose de marquant, pour peu que ça soit bien fait (parce qu'entre nous, elle est tout sauf originale, mais j'ai rien contre tant que c'est bien mené. C'est dans les vieux pots que blablabla...)

On nous commence tout ça à la Adam: Torchwood a un nouveau membre, un certain James, que tout le monde adore, qu'on finit par bien aimer aussi parce qu'il est sympa comme tout dis donc. Mais comme on est pas idiots on se doute bien qu'il y a anguille sous bonhomme. Et l'auteur essaye -assez maladroitement -de nous faire oublier ce détail, comme si qu'en fait c'était pas ça l'important de l'histoire (genre), mais nous glisse  - de plus en plus maladroitement - quelques indices pour qu'à la fin on nous explique que le bonhomme, surpriiiise!!! n'est pas ce qu'il semble être!!! Mais c'est bien sûr!! Pourtant avec tous ces indices, nondidiou on l'avait pas vu venir!

 

Et pendant ce temps, dans le TARDIS chez Rhys et Gwen, c'est la crise. A laquelle on a aussi beaucoup de mal à croire, parce que Gwen, elle est crédible en tant qu'être humain, mais pas en tant que Gwen Cooper. Elle ne ressemble que très moyennement à notre Gwen de la série, et ça, ça m'énerve (même que je fais partie des quelques rares qui aiment beaucoup Gwen: je fonds devant la bouille d'Eve Myles). En plus de ça, au vu de la tempête qu'ils traversent, on a aussi peine à croire qu'on ne nous en aie plus jamais reparlé dans la série; alors je sais que les bouquins ne sont pas tout à fait canon, et que la série n'en tient pas vraiment compte, mais en général, les auteurs se débrouillent pour qu'on y croit un minimum: ils nous sortent des trucs qu'on arrive à resituer par rapport à la série, qui peuvent se faufiler discrètement entre 2 épisodes même au prix d'un ou 2 détails qui coicent mais rien de grave. Là, tant qu'à être, on aurait pu couper un bras à Ianto tiens. A la limite, on nous explique vite fait sur la dernière page pourquoi Gwen n'en reparlera pas (un peu comme une explication gribouillée au crayon avant d'envoyer le manuscrit à l'éditeur parce que m****, on avait oublié d'expliquer). Mais Rhys, je veux bien que ça soit une bonne pâte, mais quand même.

Dans la foulée, Jack est aussi très mouarfement notre Jack, mais c'est 'moins pire', je crois.

 

Je me rend bien compte que je ne suis pas tendre du tout avec ce livre, il est pas non plus si affreux, mais ça m'énerve, parce que je trouve que Torchwood a vraiment un potentiel énorme en bouquin, et... pppfffffff... (j'assure, niveau argumentation).

J'avoue que je ne suis pas encore allée chercher d'autres reviews, voir le sentiment général, si ça tombe, tout le monde adore ce livre et j'ai raté le truc de génie, mais là, on part de loin pour me convaincre.

Je vais attendre un peu avant d'enchainer avec le 3e (j'ai pris les 3 premiers, j'avais de l'espoir), et j'espère qu'il rattrapera un peu l'affaire, parce qu'alors... quel gâchis...

 


Commander sur amazon.fr (pas de frais de port)

doublefleche2

Another Life (Peter Anghelides)  
 
Accueil
Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans [Livres] Torchwood (Reviews)
commenter cet article
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 19:19

http://www.coverbrowser.com/image/doctor-who-books/28-4.jpg

"If it carries on like this, by tomorrow morning only the people on the top floors of St David's Hotel will be dry.
And they probably won't notice until the caviar runs out."

 

    L'idée de base était de lire le premier, voir ce que ça donne, et décider si ça valait le coup de lire la suite. Verdict: je lirais sûrement la suite, un jour, à l'occasion, mais y a pas vraiment d'urgence (mais si si, je le ferais).

 

    Another Life, donc, pour commencer, parce que c'est le premier, et que même si c'est pas très important pour la compréhension, j'aime bien les lire dans l'ordre.

 

    Première surprise: le livre est plus grand que ceux du Docteur. Plus haut quoi. Rien de grave, juste que je m'y attendais pas. Et puis ya plus de mots dedans. Les livres de DW se lisent en 2 jours (et sont fait pour "un enfant de 12 ans intelligent", ça me plait tellement que y a des chances pour que je le recase dans chaque review de bouquin celui-là), ceux de TW peuvent facilement occuper une 15aine (voire plus, dépendamment de comment on s'organise). Et comme la série, ils sont fait pour des plus grands (comprendre que les gens disent des gros mots et font des cochoncetés dans le pieux. Apparement ce sont les 2 critères de base pour dire que c'est pour les grands)

 

    En format livre, Torchwood a par rapport à sa version télé un gros avantage.. et un gros inconvénient. (en tout cas pour ce tome ci. Avec un peu de chance ils ne garderont que l'avantage dans les suivants).

    L'avantage est pour les personnages: ils ont un peu plus d'espace pour s'exprimer, et si le gros défaut de la série était de s'arranger pour qu'on ait franchement du mal à s'intéresser un minimum à ses bonhommes, la version livre rattrape un peu le coup. On les comprend un peu mieux ici, on en apprend pas forcément énormément sur eux mais au moins on nous explique un minimum comment ils fonctionnent. Notamment Ianto, à peu près aussi utile et intéressant qu'une tâche sur le mur pendant la saison 1, devient un tout petit peu plus mieux sympa quand on est avec lui dans sa tête. Et c'est chouette d'avoir de petites allusions au fait qu'il a un cadavre cyberman dans le placard.(jamais dit clairement, comme ça on a l'impression d'être super intelligent quand on comprend l'allusion)

    L'inconvénient, c'est, disons, le scénario. Le série ne nous sort pas forcément les intrigues les plus originales jamais vues sur un écran, mais elles ont l'avantage de défiler sur 45 minutes. Ca va vite, on a le temps de comprendre ce qui se passe mais pas celui de s'arrêter 5 minutes pour bien tout mettre dans l'ordre et raconter la fin du film sans l'avoir vue. (enfin, si, on peut, mais c'est flou quoi). Avec un bouquin, on a le  temps de faire le tri. On en a même beaucoup, du temps. Et il parait encore plus long quand du coup, on a déjà deviné depuis une bonne 50aine de pages ce qui va se passer. (la Grande Résolution Finale étant encore plus mieux, on la devine plus ou moins environ au milieu du 5e chapitre. Sur 32, de chapitres.).

 

 

    Le livre nous est annoncé comme centré sur Owen. On se demande pourquoi pendant une bonne grosse moitié de livre vu qu'il se contente de faire joujou sur Second Life (rebaptisé Second Reality, copyright oblige). En plus, il est crofort, parce que parmi les millions de personnes qui arpentent les milliards de rues virtuelles de cette seconde réalité, il arrive à tomber sur une ex, comme ça par hasard. Encore plus fou, madame l'ex vient tout juste de déménager de Londres pour venir s'installer à environ 2 secondes du hub. Trop veinard cet Owen. ( D'ailleurs l'ex-chérie est livrée avec un autre hasard-comme-de-par-hasard encore plus spectaculaire mais celui-là, il est spoiler).Sur la fin, Owen devient quand même un peu utile (surtout pour faire des bêtises faut dire, mais ça fait avancer l'intrigue)

 

   Et pendant que monsieur joue sur internet, Gwen et Jack sautent joyeusement dans des flaques de vomi à la recherche d'un pas gentil qui tue de pauvres vagabonds qui avaient rien demandé (et dont tout le monde se fout, au grand malheur de Gwen qui.. nous fait sa Gwen. Au passage on se dit qu'elle s'entendrait super bien avec la Cameron du Dr House celle-là. (note: on dirait pas mais j'adore Gwen )).En plus, c'est moche quand même; les pauv'types, ils se font aspirer le cerveau par la nuque. Entre nous, à lire, c'est assez cradingue.

 

Pendant ce temps, Ianto fait du café.

 

Comme Jack fait toujours dans la délicatesse, il se débarasse du pas gentil en lui faisant jouer les filles de l'air du haut d'un immeuble.

Là où ça devient intéressant pour notre petit monde, c'est quand les meurtes continuent malgré un meurtrier réduit à l'état de pâte à crêpe... le tout sous une pluie torrentielle qui n'en finit pas, même que si ça s'arrête pas très vite ça va être 2012 avant l'heure.

 

Pendant ce temps, Ianto fait les poussières.

 

    Another Life, comme ces autres vies d'un tueur qui ne meurt jamais, comme celle qu'Owen vit sur la toile, comme celle qu'il vivait avant Torchwood.. comme celles qu'ils doivent tous vivre hors de Torchwood.

 

(Pendant ce temps, Ianto passe la serpillère)

 

Commander sur Amazon.fr (frais de port offerts)

doublefleche2

  
Border Princes (Dan Abnett)
Accueil
Repost 0
Publié par Melyssa in the Attic - dans [Livres] Torchwood (Reviews)
commenter cet article